Études vétérinaires en Espagne : témoignage études médicales à Valence

Nous le savons tous, le meilleur moyen de choisir aujourd’hui reste le partage d’expérience et les avis. C’est pour cela que nous avons demandé à Emma, élève accompagnée par Expat Student en 2021 de nous partager son parcours pour intégrer un cursus d’études vétérinaires en Espagne.

Vous êtes intéréssé par les études de médecine à l’étranger ? Lisez notre article Études de santé en 2022 : quelles opportunités en Europe pour devenir médecin ou vétérinaire ?

Études vétérinaires en Espagne : rentrée universitaire à Valencia

Après avoir candidaté pour des études de Vétérinaire avec Expat Student, j’ai été ravie d’être acceptée à la faculté vétérinaire Cardenal Herrera (CEU) à Valencia, un soulagement qui a souligné le début d’une nouvelle étape de ma vie.

Etudes vétérinaires en Espagne à Valencia Expat Student

1ère étape pour étudier à l’étranger : trouver un logement

Une fois que nous avions fait toutes les formalités que demandait la faculté, nous avons débuté la recherche d’un appartement en colocation : les appels téléphoniques et les emails aux agences immobilières de Moncada et d’Alfara del Patriarca n’en finissaient pas. Sans oublier le groupe Facebook tenu par des étudiants qui mettent régulièrement en ligne des annonces de colocation. Après des heures de recherches voire des jours ou semaines, j’étais très contente d’enfin avoir trouvé mes colocataires ainsi que l’appartement dans lequel j’allais passer ma première année.

Tout comme les étudiants d’autres écoles, nous avions eu le droit de bénéficier d’une journée portes ouvertes (début juillet) qui nous a permis donc de visiter les locaux : salles de classes, laboratoires, hôpital vétérinaire. Cette visite a permis également de préparer un joli petit séjour à Valencia afin de découvrir la ville où nous allions passer cinq années de notre vie !

De plus, tous les étudiants internationaux bénéficient d’un package comprenant des cours d’espagnol, un trajet taxi, une nuit d’hôtel payée par la faculté mais aussi une carte sim déjà chargée ainsi qu’une carte de métro ! De quoi commencer l’année sur le bon pied !

La rentrée des classes pour des études vétérinaires en Espagne

Nous arrivons au moment le plus angoissant pour ma part, le jour du départ, partir vivre dans un pays étranger sans sa famille parait insurmontable à ce moment-là, mais relativisons : un vol Valencia-Paris est vite trouvé !

La rentrée dans une faculté de ce type est une rentrée assez spéciale d’un niveau complètement différent par rapport aux rentrées de lycée.

Tous les étudiants internationaux étaient conviés dans une immense salle de conférence où la présentation de l’école allait débuter, un premier pas dans ce monde si grand.

Ce fût donc l’occasion de retrouver les personnes que j’avais rencontrées lors des journées d’immersion culturelle quelques jours auparavant.

Lors de la rentrée qui ne concernait que ma filière (française), j’ai pris connaissance des matières et blocs de matières sur lesquels ma première année allait être basée.

Anatomie, physiologie, histologie, biochimie en passant par la botanique ou encore par l’anthropologie…

Cette réunion était un moyen de rencontrer nos professeurs avant de commencer les choses sérieuses, nous avions eu le droit à des explications des contenus de chaque matière mais aussi en ce qui concerne les modalités des examens (quelle note nous devions avoir afin de valider l’examen et quelle note pour valider le bloc).

Au cours de cette grande réunion, j’ai ressenti que de bonnes impressions de la part des professeurs : bienveillants, attentifs à nos questions … je ne m’étais pas trompée.

Université CEU Cardenal Herrera Études vétérinaires Espagne

S’adapter au rythme des études supérieures à l’étranger

Toute jeune bachelière, la première semaine de cours a été plus ou moins compliquée : de quelle manière prendre en note les cours ? comment faire des fiches ? tout un tas de questions qui se bousculaient dans ma tête quant à une nouvelle méthode de travail

Une fois cette première semaine passée, les travaux pratiques pouvaient débuter, le temps de mettre en place les listes de groupes de pratique et de prendre connaissance du système qui s’y imposait.

Par la suite l’emploi du temps a été chargé : entre 3 et 4 pratiques en fonction des semaines (le matin) et les cours magistraux, séminaires et ateliers de l’après-midi au soir.

La pratique pour donner du sens à ses études

En parlant de ces travaux pratiques, mes amies et moi-même sommes unanimes pour dire que le fait de pratiquer nous permet de donner du sens à nos études et de visualiser dans quel but nous travaillons d’arrache-pied pour y arriver. Certes, certaines pratiques seront moins intéressantes que d’autres ou plus difficiles à comprendre, à apprendre mais la variété de celles-ci nous fait prendre conscience que le métier de vétérinaire touche à tout. En effet, nous en avons eu en botanique, histologie, anatomie, immunologie, physiologie, zoologie, chimie, , ethnologie, éthologie et j’en passe.

Le plus important pour moi en ce qui concerne les manipulations que nous avons pu faire a été le fait que la faculté ait un hôpital et une ferme dans lesquels nous avons appris à manipuler les poules, à attraper et faire tomber les moutons pour un examen clinique, à identifier les structures anatomiques externes et internes des chiens, vaches ou encore chevaux.

En dehors des cours, la faculté organise des conférences avec des vétérinaires de tout horizon tels que ; la faune sauvage avec un vétérinaire qui travaillait dans le Bioparc et à l’Oceanografic de Valencia, avec un vétérinaire chirurgien mexicain ou encore avec des vétérinaires français travaillant dans les urgences mais aussi avec des entreprises comme Royal Canin.

Au sein de la faculté, plusieurs clubs étudiants existent, pour ma part j’ai adhéré au club « médecine équine » avec comme principal centre d’intérêt la médecine sportive. Ainsi, le but premier était d’être entouré d’étudiants de d’autres années qui partageaient leurs connaissances, de parler espagnol et de faire des exposés.

De plus, avec ce club nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer un ostéopathe équin qui faisait en même temps de l’hydrothérapie : une après-midi pleine d’échange et d’apprentissage.

Études vétérinaires en Espagne avec Expat Student

La qualité de l’enseignement dans le choix des études vétérinaires en Espagne

Maintenant parlons d’un des points les plus importants : les professeurs. Comme abordé précédemment, il est vrai que l’accompagnement dont ils font preuve n’a pas de faille, ils sont toujours à notre écoute et n’hésitent pas à répondre à nos questions par email quelque soit l’heure ou alors de nous appeler ! Nous ne sommes pas des numéros, au contraire, ils connaissent les prénoms de chaque élève de la classe.

Il en est de même pour la conseillère d’orientation qui n’hésite pas à organiser des sessions collectives mais nous pouvons également prendre des rendez-vous personnels afin de parler de méthode de travail, stress, etc.

 

 

Merci Expat Student !

En résumé, je n’ai pas regretté une seule seconde d’avoir postulé dans cette école pour effectuer mes études vétérinaires en Espagne, on en apprend tellement sur notre futur métier mais aussi sur les personnes et sur nous-même et dans de bonnes conditions ! Merci Expat Student !

 

Vous êtes intéressé par ce témoignage sur les études vétérinaires en Espagne et souhaitez en apprendre d’avantage sur les études de santé en Espagne ? Consultez notre blog ou contactez Expat Student pour bénéficier de conseils personnalisés et obtenir votre inscription dans l’université de vos rêves.

Newsletter

inscrivez-vous pour connaître les dernières actus sur les études à l’étranger